( 7 juin, 2009 )

HISTOIRE DE VALMUNSTER (57)

VALMUNSTER 

et sa chapelle du Xe siècle 

            L’histoire écrite de Valmunster débute vers 1142 mais c’est probablement peu après la fondation de l’abbaye de Mettlach à la fin du VIIe siècle que Gervinius et Gunza, parents du fondateur de l’abbaye, dotèrent celle-ci des territoires de Valmunster, Velving, Eblange, Rémelfang et Holling. Dés 950, ce lieu s’appelait Villa Walamonasterii et une des explications de ce nom peut découler de l’ancien allemand où wallen signifie aller en pèlerinage donc une église de pèlerinage ce qui pourrait être confirmé par la survivance en platt de l’appellation Wallmeschta.

            Initialement la paroisse rassemblait l’ensemble des localités existantes sur la donation du VIIe siècle et progressivement Eblange puis Holling et Rémelfang et enfin Velving obtinrent le titre de paroisse. Pendant longtemps chaque village dût conduire ses morts au cimetière de Valmunster par le Totenweg ou chemin des morts. L’ancienneté de l’église mère de Valmunster détermine aussi l’ancienneté de l’église dont certaines parties remontent au Xe siècle c’est-à-dire le style roman mais ce n’est qu’à partir de la guerre de Trente Ans (1634) que la paroisse fut rattachée à l’abbaye de Mettlach. Pendant cette guerre, elle a été un lieu de culte pour les Suédois protestants puis une écurie pour les chevaux. La chronologie des modifications a été, selon l’abbé Weyland, la suivante : le clocher roman aurait été construit au XIe siècle, le chœur gothique et les deux premières travées de la nef  au XIIe-XIIIe siècle et les deux dernières travées et la tribune vers 1537. Sur un cadastre de 1830, on constate qu’il y avait devant l’entrée actuelle ce qui pouvait être un chœur ou un porche qui a disparu. L’intérieur de l’église montre des arcs gothiques avec clés de voûte armoriés dont celle devant l’autel de St Joseph qui porte les initiales de Gabriel Weyland et la date de la fin de la restauration de 1978 dans laquelle ce dernier curé titulaire a investi une partie importante de ses ressources personnelles.

            Les curés de cette paroisse furent presqu’exclusivement des religieux de Mettlach mais parfois l’évêque de Metz réussit à imposer son candidat contre celui de l’abbé. Par la suite, l’abbaye de Mettlach mit en place plusieurs religieux pour gérer ses intérêts matériels. Un des anciens curés de Valmunster, le père Kleiner devint abbé de Mettlach mais ne supportant pas cette fonction, il vint se réfugier à Valmunster et dût être reconduit par la force à Mettlach provoquant un incident international entre la France et le Grand Electeur de Trèves pour violation de frontières.

            Valmunster  bénéficia au XIXe siècle d’une activité industrielle grâce à la découverte juste avant
la Révolution d’un gisement de charbon argileux qui n’aurait pas eut beaucoup d’importance s’il n’avait permis d’exploiter l’alun avec lequel on pouvait fabriquer du vitriol et des colorants comme l’azurite et le rouge d’Angleterre. L’entreprise industrielle fut conduite par la famille Bouvier du Molart dont l’ancêtre était lieutenant civil et criminel à la maîtrise des eaux et forêts de Bouzonville et dont le plus connu devint baron en 1814 après une carrière éminente au service de Napoléon. C’est cette famille qui construisit le château.

            Les villageois de Valmunster menèrent une longue procédure (1745-1785) contre l’abbé de Mettlach pour un pré d’une demie fauchée (6 ares) qu’ils disaient appartenir à la communauté et contre le curé pour un sentier qui leur permettait d’atteindre directement l’église et le cimetière ; c’est  pour cela que les habitants avaient ouvert un passage à travers le jardin du curé qui s’efforçait d’élever des palissades pour les en empêcher. Finalement la communauté fut déboutée au sujet du pré mais obtint du curé qu’il accepte le passage actuel, partant de la maison du pâtre qui est encore signalée par le puits prés de la route départementale et montant directement vers le plateau paroissial. 

La Société d’histoire de d’archéologie des Pays de la Nied (SHAN) Château St Sixte 57320-FREISTROFF a repris l’ouvrage de l’abbé Weyland en le complétant ; le fascicule de 73 pages est vendu 18 euros + frais d’envoi 5,40 €. Chèque libellé à l’ordre de la SHAN. 

Pas de commentaires à “ HISTOIRE DE VALMUNSTER (57) ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|