( 7 juin, 2009 )

HISTOIRE DE CHEMERY LES DEUX (57)

CHEMERY LES DEUX 

La commune sur une belle colline ensoleillée 

            L’étymologie du nom Chémery est discutée puisqu’on trouve dans les documents les plus anciens Soneberich en 1130 et Schomberg en 1239, si le mot berg (la colline) est bien établi les discussions ne sont pas terminées pour définir si cette colline est belle ou si elle est ensoleillée. Mais là ne s’arrête pas la difficulté toponymique puisqu’il faut parler de Chémery les Deux. En effet jusqu’au XVIe siècle, il n’y avait qu’un Chémery autour de l’église qui dépendait des abbés de Freistroff qui l’avaient reçu de Wirich de Valcourt à sa fondation en 1130 et de ceux Bouzonville et de Villers-Bettnach. Mais en 1571, Didier de Colligny fonda Chémery la Neuve qu’il peupla surtout de colons d’origine ardennaise et qui sera dénommée alternativement Chémery la Romane ou Welschschonberg et actuellement Grand Chémery.

            Dés 1300, on signalait un château à Chémery qui s’élevait d’après les plans au niveau de la ferme Kuhn actuelle. C’est dans ce château à la fin du XVIIe siècle que le chevalier Perrin, abbé commendataire de l’abbaye de Freistroff, installa son logement pour ne pas avoir à restaurer le logement abbatial de l’abbaye suite à l’incendie qui l’avait détruite. On sait que ce château était doté de fossés et d’un pont-levis. Au XVIIIe siècle, il devint le presbytère et après la Révolution, une ferme.

            L’église de Chémery a été reconstruite en 1751 sous le vocable de St Martin et la paroisse était unie à l’abbaye de Freistroff dont l’abbé avait la charge de curé et qui déléguait un de ses moines pour y assurer le ministère. En 1902, la paroisse de Chémery se dota d’un magnifique orgue Dalstein-Haerpfer malheureusement un curé inconscient sectionna les tuyaux de plomb reliant l’instrument au pupitre pour mettre à sa place un harmonium.

            Le moulin de Chémery existait déjà en 1270 et dépendait directement de l’abbaye de Freistroff qui le fit même parfois tenir par un frère convers. A la Révolution, il fut vendu à Jacques Hombourger pour 10.400 francs. Vers 1900, les meuniers étaient la famille Wilhelm et l’exploitation cessa le 20 juillet 1954.

            La population de Chémery était en 1708 de 55 habitants pour Chémery la Vieille et de 91 personnes pour Chémery la Neuve. Ensuite depuis la Révolution, des recensements officiels nous montrent qu’après un maximum de 771 habitants en 1836, la population est retombée à 317 en 1975 mais s’accroît puisqu’en 1982 elle était de 405.

            Hobling a une histoire indépendante de Chémery jusqu’en 1810 puis la Révolution en fit une commune indépendante en 1793. Au niveau paroissial, Hobling était rattaché à Ebersviller. La seigneurie était partagée entre les abbayes de Villers-Bettnach et  de Bouzonville. Celle de Freistroff s’y implanta pourtant dés 1338 en y rachetant des biens. En 1708, il y avait 55 habitants mais 37 chevaux et 63 vaches. Pour les autres activités, on peut noter qu’il y avait 2 huileries en 1844 et une carrière de pierre en 1839. Hobling a vu aussi la construction sur son ban du petit ouvrage A23 de la ligne Maginot qui était composé de 4 blocs occupés par 120 hommes du 162e R.I.F. Il a été en partie ferraillé en 1976. En 1934, la commune de Chémery avec les indemnités de la ligne Maginot acheta une forêt de 89 hectares à Trémery .

            L’actuelle ferme d’Ingling a également une histoire puisqu’elle est déjà citée en 1130 dans la dotation de l’abbaye de Freistroff et par la suite il y eut à Ingling un hameau doté d’une chapelle et entourant un château avec un ban particulier d’environ 42 hectares.

            Trois autres localités disparues sont connues à Chémery, Brisebach encore mentionné au XVIe siècle et aujourd’hui réduit à un lieu-dit au Nord d’Ingling, Vintring, ferme encore citée en 1824 et sise entre Hobling et Edling et la ferme Klop, édifiée au milieu du XIXe sur la route entre Hobling et Chémery.


La Société d’Histoire et d’Archéologie des Pays de la Nied (SHAN) Château St Sixte 57320 FREISTROFF a établi un fascicule sur l’histoire de Chémery-les-Deux de 42 pages A4. Prix de cession 10,50 € + 5,40 € de frais d’envoi. Chèque libellé à l’ordre de la SHAN. 

3 Commentaires à “ HISTOIRE DE CHEMERY LES DEUX (57) ” »

  1. Isabelle Nail dit :

    Bonjour,
    Je suis heureusement tombée sur ce commentaire alors que j’écris un livre sur la psychogénéalogie… Un de mes ancêtres étaient censier au château de Chemery-Les-Deux, c’est pourquoi, je serai intéressée pour recevoir le fascicule sur l’histoirede Cheméry, je vais donc faire la démarche…
    Bien cordialement, avec un merci aux historiens
    Isabelle Nail

  2. BEAUCOURT dit :

    Bonjour, cela me fait plaisir de lire ce document sur le village de Chèmery-lès-Deux. E effet, mes grand-parents ont habité le Klop après la seconde guerre mondiale. Il s’agit de M. et Mme EBERSVILLER Alphonse.
    J’aimerais tant avoir plus de renseignements les concernant. Mon grand père Alphonse EBERSVILLER a été maire de ce village mais je ne sais pas quand et combien de temps…
    Si par hasard vous en sauriez plus à son sujet, je suis preneur. Merci.

    Olivier BEAUCOURT

  3. shanied dit :

    Bonjour Monsieur,
    Votre question étant plutôt en rapport avec la généalogie je vous renvoie vers le Cercle Généalogique des Pays de la Nied (geneanied.cg571@wanadoo.fr) qui a réalisé une reconstitution des familles de Chémery-les-deux. Vous y trouverez sans doute tous les renseignements concernant vos ancêtres.
    En ca s de besoin nous restons à votre écoute et vous souhaitons un bon succés dans vos recherches.
    André Morhain pour la SHAN

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|