( 7 juin, 2009 )

HISTOIRE DE BIBICHE (57)

Résumé de l’histoire 

BIBICHE ou la vallée des castors 


HISTOIRE DE BIBICHE (57) dans Petites monographies BIBICHE-Eglise

        Avant l’histoire, la forêt couvrait la vallée et un petit ruisseau coulait  et servait d’habitat à des colonies de castors. Lors d’un premier défrichement, on créa dans la clairière un village qui s’appela le Bibersheim c’est-à-dire le village des castors. Une déformation du langage populaire en fit Bibiche. Nous étions alors au XIIe siècle.

            Les seigneurs de la vallée étaient les duc de Lorraine et les abbés de Villers-Bettnach qui se partageaient les droits à moitié en indivision. Les deux seigneurs organisèrent ensuite le défrichement d’abord d’une tranche de 350 arpents et ensuite d’une autre tranche de 300 arpents. A cette époque, il y avait quelques propriétés de l’abbaye de Freistroff et presque rien à l’abbaye Sainte Croix de Bouzonville.  Le défrichement du secteur continua par la suite d’abord en 1583 pour Neudorf et en 1585 pour Rodlach. Si on ignore l’origine des colons qui peuplèrent Bibiche qui étaient sans doute des locaux, on sait par contre que les colons de Neudorf et de Rodlach étaient surtout originaires de l’Argonne ou de Meuse. Ils étaient donc francophones dans une zone dialectophone aussi il fallut aménager l’environnement pour la justice et la religion.

Les habitants qui devaient payer leurs impôts à leurs seigneurs en étaient exonérés pendant les premières années le temps qu’une partie de la terre devienne productive et c’est sans doute aussi pour cette raison que la dîme et autres prélèvements sur le travail furent rapidement convertis en paiement de la septième gerbe c’est-à-dire une dîme renforcée mais comprenant l’ensemble des impôts autres que les impôts personnels.

            En 1789, chaque village de la communauté établit un cahier des doléances, Bibiche, Neudorf et Rodlach mais si leurs textes différent, ils sont écrit de la même main celle du maître d’école Antoine Staff qui servait de greffier alors que la présidence de la communauté fut dans les trois assemblée occupée par le curé Neubecker Jacques qui était tout acquis aux idées de la Révolution et qui fut un des premiers curés à jurer fidélité à la constitution sans aucune restriction comme le firent la plupart des curés de campagne de notre région. Comme il décéda en 1792, on ne peut savoir qu’elle carrière il aurait pu faire sur les traces de l’abbé Grégoire peut-être.

            L’église St Laurent de Bibiche a été presqu’entièrement reconstruite en 1881 et elle renferme de belles orgues Spamann de 1895.

            Après la guerre de Trente Ans, en 1693,  on effectua un remembrement à Bibiche la Grande, on  constate alors que contrairement à beaucoup de villages de l’époque, il y a peu de laboureurs, 6 familles en tout, et que les parcelles moyennes sont assez nombreuses d’autre part on remarque aussi que si Bibiche était dialectophone beaucoup de noms de lieux dits étaient d’origine française. Peut-on rapprocher de ce lien avec la France, le nombre d’optants pour la nationalité française qui concerna 68 personnes après la guerre de 1870 et l’annexion ? Si cela reste hasardeux il y a peut-être une corrélation.

            Les trois annexes de Bibiche ont été créées à la fin du XVIe siècle par essartage de forêts. Pour Petit Bibiche on n’a pas retrouvé trace de la décision de création de ce village mais on pense que cela s’est passé en 1586. Ce hameau était au croisement de la route menant de Bouzonville à Bibiche et de celle qui partait vers Freistroff et ce n’est qu’après 1900 que la route de Bouzonville fut redressée évitant ainsi Petit Bibiche. Neudorf fut défriché en 1583 par des colons venant principalement de l’Argonne et donc francophones ; Lors de la création du village il fut établi que ses habitants dépendraient de la paroisse de Bibiche mais de la mairie de Dalstein. Rodlach fut créé en 1585 par une décision commune du duc de Lorraine et de l’abbé de Villers-Bettnach comme pour Neudorf et les colons venaient de la même région des Ardennes.

                                   Pourquoi la Révolution de 1789 ? 

A propos d’impôts, la pression fiscale fut un des éléments favorisant la Révolution en général et on constate qu’en 1706, la prévôté de Freistroff taxa pour l’impôt appelé la subvention, la communauté de Bibiche, Neudorf et Rodlach à 100 livres pour l’année alors que deux ans plus tard en 1708, la prévôté qui avait été déplacée à Bouzonville présenta une taxation de la même communauté de 492 livres soit une augmentation de 400%.

La Société d’Histoire et d’Archéologie des pays de la Nied (SHAN) Château St Sixte 57320-FREISTROFF a publié un fascicule de 55 pages A4 sur l’histoire de Bibiche. Prix de cession  13,75€ + 5,40 € de frais d’envoi. Chèque libellé à l’ordre de la SHAN. 

Pas de commentaires à “ HISTOIRE DE BIBICHE (57) ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|