( 4 juin, 2009 )

HISTOIRE D’OBERDORFF (57)

Résumé de l’histoire de 

OBERDORFF la commune et ODENHOVEN la paroisse 

            Un tel binôme est fréquent dans notre région et il se retrouve sur les armoiries communales modernes où le chapé bleu rappelle la chape de St Martin patron de l’église et la crosse abbatiale de Rettel seigneur d’Odenhoven alors que les lions figurent la châtellenie lorraine de Bérus régissant Oberdorff. Le nom d’Oberdorff a très peu évolué et signifie le village supérieur rappelant selon certains un village détruit se trouvant sur la colline. Il est sur que le ban communal  a été habité très tôt comme le prouve les vestiges gallo-romains trouvés ainsi que l’enceinte quadrilatère qui pourrait dater de la protohistoire.

Oberdorff  et Odenhoven dépendaient de Bérus et donc de la Lorraine uniquement pour la haute justice alors que le foncier était propriété de l’abbaye de Rettel prés de Sierck qui avait confié la vouerie aux seigneurs de Dalem. Mais l’abbaye de Bouzonville, les seigneurs de Freistroff et de Château-Rouge y avaient aussi des biens.

            En 1712, un remembrement fut effectué pour rétablir les droits de chacun après la guerre de Trente Ans et il en résulta que les plus gros propriétaires étaient les Chartreux de Rettel ; on peut également constater le morcellement parcellaire puisque la taille moyenne d’une parcelle était d’environ 25 ares.

            La commune d’Oberdorff géra avec difficulté au milieu du XIXe siècle, la reconstruction de son école et dut supporter un procès long  contre l’entrepreneur qui était chargé de la construction entraînant un retard dans la mise à disposition de plusieurs années.

            La population était réduite à deux personnes en 1547 et à 48 en 1708. Ils étaient 137 en 1802 et actuellement la population dépasse les 370 habitants. Les villages voisins avaient surnommés les habitants les Kautenkopp ou les Kaulquappen c’est-à-dire les têtards ou les grogneurs.

            Comme toutes les communes situées devant la ligne Maginot, Oberdorff fut évacué dans
la Vienne en 1939 et cet exode a été raconté par des participants.

            Pour Odenhoven, on pense que l’origine du nom dérive du mot Hof, la ferme et du nom d’un germain appelé Audo ou Odo. Ce village a toujours fait partie des possessions lorraines au moins pour la haute justice mais les religieux de Rettel en avaient la propriété foncière depuis 1218.

            La paroisse d’Odenhoven dédiée à St Martin est d’origine très ancienne et elle concernait non seulement Oberdorff mais aussi Tromborn, Elig à Alzing et Château-Rouge jusqu’au XIXe siècle. Comme pour Valmunster avec l’abbaye de Mettlach, Odenhoven était le centre d’un bien où les Chartreux exerçaient non seulement le spirituel mais aussi le temporel depuis une maison qui pourrait bien être l’actuelle maison lorraine d’Oberdorff.

            L’église a sans doute été très endommagée pendant la guerre de Trente Ans et elle dut être reconstruite en 1728 puis à nouveau en 1786. Elle recèle deux autels latéraux en bois sculpté polychrome du XVIIIe siècle qui sont peut-être l’œuvre de la famille Guldner, sculpteurs baroques de Bérus. Le maître autel était similaire mais il a été remplacé vers 1900 par un autel en pierre. Il y avait aussi dans l’église des orgues Verschneider qui ont été démonté en 1940 par l’armée française et qui ne furent jamais remontées.

            Le cahier des doléances de 1789 est commun aux communautés d’Oberdorff et de Tromborn et s’il reprend les doléances classiques, on y trouve aussi une plainte particulière pour réclamer l’arrêt du déboisement de la forêt de la Houve de Merten par les maîtres de forges de Creutzwald pour protéger les droits des communautés villageoises usagères de cette forêt qui étaient menacés malgré les garanties obtenues officiellement du Roi.

            Ainsi après une longue histoire, perdure la répartition des attributions entre Oberdorff qui administrativement est la commune depuis toujours alors que depuis aussi longtemps Odenhoven a la primauté religieuse.


La Société d’Histoire et d’Archéologie des Pays de la Nied (SHAN) Château St Sixte 57320 Freistroff a édité un fascicule de 35 pages sur l’histoire de la commune d’Oberdorff. Prix de cession 15 € + frais d’envoi 4 €. Chèque à libeller à l’ordre de la SHAN. 

1 Commentaire à “ HISTOIRE D’OBERDORFF (57) ” »

  1. Dauendorffer genevieve dit :

    L’histoire sur Oberdorff est très intéressante , je remercie la personne qui a fait ce résumé ,

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|