( 4 juin, 2009 )

HISTOIRE DE SCHWERDORFF (57)

Résumé de l’histoire de

SCHWERDORFF, Otzviller, Cottendorff, Grafloch et Bourg-Esch 

Village du bout de la France avec ses deux châteaux et ses quatre annexes. 

            Le village est cité pour la première fois en 956 sous le nom de Sveredorf qui pour H. Hiegel dériverait du nom d’un homme d’origine germanique avec le suffixe –dorf. Les armoiries communales modernes sont celles de la famille d’Esch.

            Une voie romaine secondaire quittait la voie reliant Metz à Trèves à la hauteur de Riciacum (Ritzing ?) et rejoignait Filstroff en passant prés de Schwerdorff. Cette voie desservait une série de forts défendant les frontières de l’Empire Romain, ligne Maginot avant l’heure. Des restes de ces forts ont été identifiés sur le ban ainsi que deux villas gallo-romaines.

            La seigneurie de Schwerdorff faisait partie du temporel de l’évêché de Metz jusqu’en 1609 pour passer ensuite sous l’autorité du duc de Lorraine. Successivement le fief passe à différentes familles : Cronenberg jusqu’en 1621, de Haen jusqu’en 1776 et enfin le marquis de Dampont, qui sera guillotiné avec son épouse en 1794 ; il dira en montant à l’échafaud qu’il ne regrettait la vie que pour le bien qui ne leur était plus donné de faire.

            La paroisse était constituée en plus de la commune actuelle des localités sarroises de Fürweiler, Oberesch, Mittelesch et Gerlfangen.

            De 1865 à 1886, le grand chantier fut la reconstruction de l’église tout en continuant à l’utiliser ; une première tranche de travaux s’attaque au chœur et au transept puis par la suite on réalisa la nef et le clocher. Elle est particulière à cause des boiseries qui couvrent l’ensemble de la nef et du chœur avec les épitaphes des seigneurs de Haen. L’église a aussi la particularité d’avoir une crypte qui s’ouvre sur la cour du presbytère. La paroisse qui fut le berceau de nombreux prêtres et religieuses ne présente pas moins de seize calvaires en différents endroits du ban.

            Le traité de Vienne en 1815 ampute Schwerdorff de ses annexes qui deviennent prussiennes jusqu’en 1829. En 1708, il y avait 72 habitants et on atteignit un maximum en 1836  avec prés de 800 habitants alors qu’en 1982, il n’en restait que 350. Le château de Schwerdorff vendu à la Révolution devint d’abord le presbytère  puis l’école.

            Le château de Bourg Esch  est occupé dés le XIe siècle par la famille éponyme. Il passe ensuite par mariage à la famille de Kerpen puis aux Cronenberg, revient alors à la famille de Kerpen. En 1616, Charles de Berncastel achète le château qui sera revendu en 1671 aux de Haen qui la transmettront par héritage aux de Villers en 1755. Ce château a la particularité d’avoir hébergé en 1705 pendant la guerre de succession d’Espagne le duc de Malborough à la tête des troupes anglaises et héros de la chansonnette Malbrouck s’en va en guerre. La tradition dit aussi que c’est aux environs du château de Bourg-Esch qu’une troupe royaliste attendait Louis XVI lorsqu’il fut intercepté à Varennes. L’aspect actuel des bâtiments date de 1775 et 1778, en forme de U couvert de toits à la Mansart, ils ont trois niveaux. Il y a dans ce château une chapelle castrale dont toutes les parois sont peintes.

La vie de la paroisse de Schwerdorff ne fut pas un long fleuve tranquille du fait de ses annexes qui étaient parfois de l’autre coté de la frontière. Dés 1882, le village d’Oberesch est rattaché au diocèse de Trèves mais les habitants qui ont une tombe familiale à Schwerdorff continuent à y faire enterrer leurs morts jusqu’à ce que le conseil municipal interdise cette pratique en 1883. Fürweiler restera rattaché à Schwerdorff même après 1918 pour des raisons pratiques mais en 1910, le curé Nicolay avait entrepris de prononcer les textes latins à l’allemande alors qu’à la chorale, ceux de Fürweiler prononcent les U en OU et ceux de Schwerdorff persistent à prononcer U ce qui provoque des cris au café après la messe disant Maintenant vous êtes tout à fait prussiens, vous devez chanter comme nous le voulons, nous avons vaincu. C’est en 1920 que Fürweiller sera rattaché à la paroisse de Grosshemmersdorf. 

La Société d’Histoire et d’Archéologie des Pays de la Nied a publié un fascicule de 74 pages A4 sur l’histoire de Schwerdorff et de ses annexes. Prix de cession 18 € + 5,40 € de frais d’envoi. Chèque libellé à l’ordre de la SHAN. 

Pas de commentaires à “ HISTOIRE DE SCHWERDORFF (57) ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|