( 4 juin, 2009 )

HISTOIRE DE CHÂTEAU-ROUGE (57)

Résumé de l’histoire de 

CHATEAU-ROUGE &  RODENDORFF 

La facilité voudrait que ces deux noms aient des rapport avec la couleur rouge mais si on considère le premier nom connu pour la localité en 1179 qui était Ruchenestorf, on voit que ce n’est pas si simple, d’autant qu’au XIIIe siècle, on écrivait Rudendorff alors que Rodendorff n’est apparu qu’en 1341. H. Hiegel pense donc que ce nom pourrait venir du nom d’un chef germain pouvant se nommer Ruchin ou Rudo. Nonobstant cela il y a bien eu une famille noble appelée Rodendorff et c’est même les armes de cette famille qui a été retenue pour établir le blason moderne de la commune qui est de Gueules (rouge) à fasce échiquetée (bande médiane horizontale en damier) d’azur (bleu) et d’argent (blanc).

            C’est en 1158 qu’il est fait la première mention de Château-Rouge, seigneurie lorraine dépendant de Bérus, lorsque le duc de Lorraine céda les dîmes du village à l’abbaye de Bouzonville. En 1341, Aubertin de Rodendorff dont on ignore l’origine apposa son sceau sur un traité de paix entre ses beaux-frères Arnould et Thierry de Felsberg et l’évêque de Metz. Au XIVe siècle, la seigneurie passa par héritage entre les mains des Baldering, des Rapviller et des Craincourt. Ensuite au XVe, la famille de Brandscheid en fit l’acquisition et suite à divers mariages, elle fut partagée entre les familles d’Eltz et de Metternich qui la conservèrent jusqu’au XVIIIe. Ensuite la famille d’Eltz rassembla entre ses mains l’ensemble de la seigneurie ainsi que celle de Freistroff.

Dés 1344, on signalait à Château-Rouge une maison forte qui fut remaniée au XVIe et au XVIIe siècle, ce qui fut corroboré par le docteur Régnier de Bouzonville au XIXe siècle lorsqu’il releva la date de 1596 sur la clé de voûte de la cave et celle de 1610 sur une pierre à l’angle nord du château. Cet édifice a actuellement complètement disparu et il ne reste que des dépendances qui, en 1681, étaient composées des fossés avec pont-levis, des étables, des jardins, d’un colombier et d’un moulin dont on retrouve encore le canal d’amenée d’eau. La seigneurie détenait directement deux maisons, environ 150 hectares de terres et 35 de prés ainsi que des vignes et des forêts.

La paroisse existait déjà en 1158 lorsque le duc de Lorraine attribua les dîmes à Bouzonville mais en 1560, une nouvelle convention changea la donne en attribuant la totalité de ces dîmes au curé du lieu. Par ailleurs le droit de patronage a, semble-t-il, toujours dépendu du seigneur. La liste des curés de Château-Rouge est bien connue depuis 1584 et la paroisse a eu plusieurs annexes dont Vœlfling depuis toujours et Oberdorff, Odenhoven et Tromborn par périodes.

L’église St Maurice était citée en 1698 et en 1746, son état catastrophique motiva l’interdiction d’usage décrétée par l’évêque. L’église fut reconstruite vers 1755.

La communauté de Château-Rouge était assez pauvre parce que la majorité des terres y était exploitée directement par les seigneurs et leurs fermiers. Si en 1610, on ne recensait que des paysans, il est remarquable de trouver dés 1680 des vignerons, dont les patronymes trahissaient l’origine française c’est-à-dire de la vallée de la Moselle, attirés par les seigneurs. En 1681, la vigne occupait 2 hectares et demi alors qu’en 1836 elle s’étendait sur 5 hectares 20 et en 1708 on dénombrait 5 laboureurs pour 8 vignerons.

Au titre des activités de la commune, signalons aussi la tuilerie qui était installée aux confins du ban prés de Sainte Marie et qui produisait jusqu’à 20.000 tuiles par an. Il y avait aussi une activité importante de carrières de pierres sur le versant du Berg et par ailleurs les seigneurs avaient installé un moulin banal en aval de leur château dont l’activité perdura jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Avant d’en terminer avec ce survol de l’histoire de Château-Rouge, notons deux événements similaires survenus au début de la guerre de 1870 et de la Seconde Guerre Mondiale. En juillet 1870, Pierre Mouty, douanier à Schreckling mais habitant à Château-Rouge, fut abattu à son poste par des Uhlans prussiens qui avaient fait une incursion en France. Cela se reproduisit en février 1940, lorsqu’un groupe de soldats français tomba dans une embuscade tendue par une reconnaissance allemande à la hauteur de la ferme Sainte Marie. Ces deux tristes événements sont commémorés par un monument au cimetière de Château-Rouge en souvenir du douanier Mouty et d’une stèle installée sur place à coté des établissements Starck en direction de Bouzonville.

La Société d’Histoire et d’Archéologie des pays de la Nied  (SHAN) a édité un fascicule sur l’histoire de Château-Rouge de 50 pages A4. Prix de cession 15€ + frais d’envoi 5,40 €. Chèque libellé à l’ordre de la SHAN. 

Pas de commentaires à “ HISTOIRE DE CHÂTEAU-ROUGE (57) ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|